English / Spanish - click below

Uranium leak shocks France
11 July 2008 S.Gómez

La asociación francesa "En selle pour le développement durable" ("Un sillín para el desarrollo sostenible), miembro de la red "Sortir du nucléaire" ("Salir de la energía nuclear"), participará en la manifestación en París del 12 de julio.

La noticia de otro escape de uranio no deja lugar a dudas en cuanto a la irresponsabilidad de un proyecto nuclear en Francia y en cualquier otra parte del mundo.
A continuación, sigue un artículo de Philippe BROUSSE, de la red "Sortir du nucléaire", federación de 820 asociaciones.
Contacto prensa : (00 33) 6 64 100 333





Voir les reportages TV sur : http://videos.sortirdunucleaire.org/

Communiqué de presse du jeudi 10 juillet 2008

Fuite d’uranium au Tricastin : pourquoi l’Autorité de sûreté nucléaire a-t-elle attendu plusieurs heures avant de donner l’alerte ?

- Areva a tardé à avertir l’ASN, mais celle-ci a ensuite perdu plusieurs heures précieuses

- L’ASN aurait-elle attendu dans l’espoir que l’affaire puisse être étouffée ?

Dans ses déclarations, l’ASN met en cause, à juste titre, l’entreprise Socatri-AREVA : cette dernière a attendu de longues heures entre lundi soir et mardi matin avant d’avertir l’ASN, pensant peut-être pouvoir cacher l’existence même de la fuite d’uranium.

Mais l’ASN est elle aussi coupable de rétention d’informations pendant plusieurs heures.

Ainsi, le directeur général de l’ASN, Jean-Christophe Niel, reconnaît que "l’ASN a été prévenue vers 07H30 le matin" mais il ajoute que "l’exploitant a pris la mesure de l’importance du rejet vers midi" (cf dépêches agences de presse), comme si la mission de l’ASN n’était pas de prendre elle-même conscience des risques et de prendre immédiatement les décisions qui s’imposent. Ce n’est donc qu’en début d’après midi que l’alerte a été donnée.

L’ASN a donc délibérément choisi de ne pas informer les autorités (préfectures, etc), perdant ainsi 5 heures d’autant plus précieuses que c’est en tout début de matinée, au moment les radios sont très écoutées, qu’il était possible d’avertir efficacement les citoyens afin qu’ils ne se baignent pas ou ne boivent pas dans la journée.

Pourquoi l’ASN a-t-elle perdu ces heures précieuses ? Pourquoi cette mise en danger délibérée de la population ? L’ASN a-t-elle attendu dans l’espoir que l’affaire puisse être étouffée ? L’ASN n’aurait ensuite donnée l’alerte qu’après avoir compris que l’ampleur du rejet le rendrait tôt ou tard détectable par des organismes indépendants comme la Criirad.

En tout état de cause, s’il est évident que la Socatri-AREVA est coupable, il en est certainement de même pour l’ASN dont les responsabilités doivent être établies et sanctionnées.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à participer à un Rassemblement antinucléaire européen samedi 12 juillet à Paris (14h pl de la République). Les animations auront lieu dès le matin sur la place de la République, et un Colloque international se tiendra à 20h avec de nombreux invités d’Europe... et d’au delà.

Voir aussi les autres communiqués de presse sur ce sujet sur : http://www.sortirdunucleaire.org/in... Le Dauphiné Libéré - 10 juillet 2008

FUITE D’URANIUM À BOLLÈNE
« Une communication incohérente »


Officiellement, les dernières mesures et analyses des rivières, des plans d’eau et des nappes phréatiques sont rassurantes, mais pas pour la Criirad ni pour le réseau "Sortir du nucléaire" qui portent des accusations graves, tant sur la fuite elle-même que sur l’attitude d’Areva NC soupçonnée de "rétention délibérée d’information".

« Les citoyens bollénois ont été traités comme s’ils étaient peu de chose... »
Du côté des élus des communes directement concernées, tous prévenus entre 13h 15 et 13h 30 mardi, la gestion de l’affaire prend une tournure polémique sur un autre plan, celui de la communication. Manque d’informations, de réactivité et de précision, manque de soutien de la part des services de l’État...
Le maire de Bollène, commune sur laquelle est installée l’usine Socatri, ne dissimule pas sa colère. « Je ne veux pas envenimer la situation, mais je suis très troublée par ce que nous venons de vivre, lâche Marie-Claude Bompard. Je n’ai eu qu’un contact avec le directeur de cabinet du préfet, mardi vers 13h 30 et depuis, malgré nos appels, plus rien. Silence radio ! La mairie a fait ce qu’elle pouvait, mais elle n’a été ni informée valablement, ni épaulée par la préfecture. »
Guère d’éléments précis
Avec les moyens du bord, la commune a averti les populations des secteurs concernés par la distribution de tracts et la mise en service du serveur vocal Antibia, mis au point dans le cadre d’une procédure d’urgence en cas de risque majeur. « Tout le monde, environ 800 personnes, a été averti avant 20 heures et nous avons continué à répondre aux appels jusqu’à 22 heures. » Hier après-midi, quarante élus et employés communaux ont distribué une lettre d’information à tous les habitants de la cité, « parce que, même avec guère d’éléments précis, il fallait clarifier la situation, préciser par exemple quels quartiers étaient concernés et ceux qui ne l’étaient pas. » Mme Bompard met en cause « l’incohérence totale de la communication préfectorale » qui a abouti, selon elle, à semer la confusion, y compris chez les médias européens, et qui démontre que « les citoyens bollénois ont été traités comme s’ils étaient peu de chose... » Plus soft, Jean-Pierre Lambertin admet avoir été ému par les délais de réaction de la préfecture. « On aurait dû avoir l’information, au moins l’essentiel, plus tôt. » Le président du syndicat Rhône-Aygues-Ouvèze, Guy Penne, apporte de l’eau au moulin des sceptiques : « Nous avons été mal informés », reconnaît-il en évoquant des informations assez brouillonnes, sinon contradictoires. Le ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, Jean-Louis Borloo, a-t-il eu vent de ces dysfonctionnements ? En attendant les résultats de l’inspection de l’autorité de sûreté nucléaire qui devrait se rendre sur place aujourd’hui, il se fait menaçant : « Toutes les conclusions devront être tirées, notamment en terme d’éventuelles suites pénales et administratives ».

EN BREF Quelle heure, au juste ? L’heure précise à laquelle s’est produite la fuite, à l’intérieur des bâtiments de Socatri, donne lieu à interprétation : alors que les communiqués de la préfecture stipulaient 6h 30 du matin, la "note d’information" de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire indiquait de son côté "le 7 juillet à 23 heures. " Anticipation
Le maire de Lapalud raconte : « par mesure de précaution, nous avions anticipé en prévenant en début d’après-midi de lundi les cinquante à soixante personnes habitant à l’est de la voie ferrée, au plus près de l’usine, et ayant des forages. Puis nous nous sommes servis du listing des inondations pour alerter toutes celles du village susceptibles d’utiliser l’eau d’un puits. Environ 300 personnes ont été contactées par téléphone ou directement par la police municipale. Et cela s’est relativement bien passé. » Le parapluie ouvert
Maurice Sabatier, maire de Lamotte-du-Rhône observe que « la préfecture a ouvert le parapluie. » L’employé municipal, rôdé à la manoeuvre avec les inondations, est passé dans les 165 foyers du village pour prévenir les habitants. Cette situation conforte M. Sabatier dans sa volonté de ne jamais relier le lac de Lamotte (qui devrait accueillir dans l’avenir une base de ski nautique) à la mayre Boucharde, affluent de la Gaffière, ainsi que certains le souhaiteraient. Rencontre avec la CRIIRAD
Après ce qu’il considère comme un avertissement sans frais », André-Yves Beck, adjoint au maire de Bollène, souhaite rencontrer dès que possible la CRIIRAD afin d’avoir le maximum de renseignements. « Car on peut être pris de doutes... »

Libération.fr - 9 juillet 2008

Rejet d’uranium à Tricastin : «La limite réglementaire a été pulvérisée» La passivité des autorités de contrôle est intolérable, estime Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, et responsable du laboratoire d’analyse de la CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité). Cet organisme indépendant a été créé en 1986 au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl, avec pour ambition de contrôler et d’informer les populations sur les pollutions radioactives et les risques liés au nucléaire.

Faut-il s’alarmer des quantités d’uranium rejetées lors de l’incident sur le site de Tricastin ?
L’exploitant a revu ses chiffres à la baisse: le rejet ne serait plus de 360 kg mais de 75kg. Il n’empêche. Sur la base de ces nouvelles données, la quantité d’uranium rejetée reste très importante, 27 fois supérieure à la limite annuelle autorisée. Car, pour faire simple, l’exploitant est autorisé à rejeter chaque année 72 millions de becquerels d’uranium- une unité de mesure de radioactivité. Et bien lors de l’incident, 2 milliards de becquerels ont été rejetés! Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi un problème de concentration radioactive. Lors de l’incident, l’uranium a été rejeté en partie sur le sol et dans la rivière la Gaffière. Ce qui est strictement interdit car il n’y a aucune garantie de dilution. Résultat, la limite réglementaire a été pulvérisée avec une concentration de plus de 300 000 Becquerels par litre au lieu de 50 Bq/l.

D’après vous, les mesures de précaution adoptées par les autorités sont-elles suffisantes?
C’est un petit peu mieux que les autres fois. Mais, il reste des incertitudes, en particulier sur le moment précis de l’accident. Il y a un flou. Le communiqué des préfets de la Drôme et du Vaucluse annonçait hier que la fuite s’était produite tôt dans la matinée du 8 juillet, vers 6h30. Mais, selon l’IRSN, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, le débordement de la cuve remonte à lundi soir vers 23 heures. Si l’IRSN a raison, les mesures de protection et d’information de la population ont été prises trop tard pour être efficaces.

Que comptez-vous faire à présent?
Une équipe de notre laboratoire est en ce moment sur le site du Tricastin pour faire des prélèvements. On va également déposer plainte contre deux exploitants du Tricastin, tous deux filiales d’Areva. On ne peut pas tolérer une telle passivité des autorités de contrôle. Et puis, ce n’est pas la première fois que l’on note des disfonctionnements inquiétants sur ce site, ce n’est pas la première fois. On va être particulièrement vigilant sur la durée pour s’assurer que l’exploitant du site traite les pollutions dans les sols et les sédiments.
Philippe BROUSSE du réseau sortir du nucléaire.






Your messages :



Forum registration required

Prior to participating in this forum, you must register. Thank you for entering the personal identifier supplied to you. If you are not already registered, you must register.

[Connection] [register] [password forgotten?]

Follow-up of the site's activity RSS 2.0 | Site Map | Private area | SPIP | template